Interview & Podcast : Absence of Light et Celedon

Interview & Podcast : Absence of Light et Celedon

Vous devez le savoir à force, mais chez Techno Cadeau, on prend un plaisir fou à découvrir de nouveaux artistes peu connus et à vous les présenter. Avec Absence Of Light et Celedon, on est en plein dedans. Les deux hommes se sont rencontrés dans un ascenseur en panne, et depuis, ils font fonctionner leurs méninges à plein régime pour nous pondre des morceaux darks et profonds. Ils nous ont accordé un petit moment pour discuter de leur projets en duo, mais aussi de leurs envies solo. Rassurez-vous, on compte les suivre à la trace.

 

(Version anglaise et podcast plus bas – English version and podcast below)


Salut les gars ! On vous a découvert sur SoundCloud, en écoutant un mix de Celedon puis quelques une des tracks d’Absence Of Light, et on a été agréablement surpris : peu de followers, des productions personnelles pour chacun de vous, mais c’est qui ces deux gars ?
Pourriez-vous vous présenter à nous tous un peu plus en profondeur ?

Celedon: Salut, je m’appelle Andoni, j’ai 21 ans et je suis originaire du Pays Basque.

Absence of Light (AOL) : Moi c’est Jeremy, 23 ans, belge résidant à Barcelone.

 

Comment et depuis quand en êtes-vous arrivés à la musique électronique ?

Celedon: Après avoir passé deux années d’étude (peu fructueuses) à Barcelone, je suis tombé dans ce mouvement de musique électronique. J’ai commencé à fréquenter toutes ces folles soirées espagnoles. Petit à petit je me suis dis que je voulais faire ma propre musique, apporter ma touche.

AOL : J’ai débuté la musique relativement jeune en jouant du piano et de la batterie. C’est en arrivant à Barcelone il y a 6 ans que mon engouement pour la musique électronique s’est développé grâce à l’atmosphère qui règne dans cette ville.

 

A la base, on vous a découvert chacun sur des projets solo, comment vous-êtes vous rencontrés ?

Ahaha quel moment… On ne se connaissait pas et on s’est retrouvés dans le même ascenseur pour aller à un before. (On avait des amis en commun)

Manque de chance, ou pas, l’ascenseur est resté bloqué, et on a du attendre l’arrivée des pompiers pour nous sortir de là… Ensuite on a continué à se voir pendant des soirées pour les finir dans certains afters bien connus de Barcelone…

 

Quels sont vos futurs projets, que ce soit dans un futur proche ou un peu plus éloigné ? Des signatures sur un label prévues ?

Celedon: Niveau personnel, je suis sur un projet plus axé sur de la techno, dubtechno et tout ce qui entoure. Je produis pas mal de sons pour ensuite être sur de mon coup. On verra ce qu’il se passe…

AOL: Cette année je me concentre essentiellement sur m’a musique, je vais intégrer une école de son et me concentrer uniquement sur notre nouveau projet : Venom, qui dans un futur proche deviendra un label, de belles releases sont à venir. Je ne peux pas vous en dire plus pour le moment mais vous serez informés rapidement !

 

 

Vous habitez à des endroits assez éloignés l’un de l’autre (Celedon est de la région de Biarritz alors qu’AOL est sur Barcelone en ce moment), comment faites vous pour bosser en collaboration à distance ? Cela ne rend-il pas plus compliqué le processus de création ?

En fait on utilise le logiciel Splice, c’est un outil assez cool. Mais c’est vrai que c’est compliqué. Pour se donner les idées en direct on se skype, on s’appelle, on utilise à peu près tous les moyens connus par tout le monde.

On s’entend assez bien sur la musique, on a les mêmes attentes donc c’est un bon point. On peut produire chacun de notre coté en sachant que l’autre va automatiquement approuver.

 

Jeremy, tu peux nous parler de la scène techno à Barcelone ?

AOL : Barcelone propose un cadre de vie idéal à l’inspiration et à la production, bon nombre de producteurs résident ici comme Maceo Plex, Art Department, Audiofly, Fur Coat, Blond:ish, André Crom, Agents Of Time, etc… La scène électronique y est de bonne qualité avec plusieurs grosses boîtes de nuits et de gros line up, mais aussi de nouveaux collectifs de soirées, sans oublier les festivals dont notamment le Sonar et le DGTL qui attirent énormément de monde.

 

Votre style musical, que l’on qualifierait de techno mélodique ou de dark techno pour certaines de vos tracks, est un style plutôt en vogue en ce moment, surtout en Italie, où on ne compte plus le nombre d’artistes qui se mettent à produire ce genre de musique. En France, on est pas encore si nombreux, on se trompe ?

Celedon: C’est vrai, on dirait qu’en France on est un peu en retard sur ce coup là, mais on voit de plus en plus de producteur sortir des tracks dans ce style. Je pense que ce n’est pas un genre de musique en vogue uniquement en Italie, mais plutôt dans le monde entier.

AOL : Je crois qu’en France le phénomène techno est plus d’actualité. On voit bien que les festivals attirent de plus en plus de monde, comme le Weather Festival à Paris, et qu’il y a également de nouveaux artistes français comme Paul Roux ou Julien Piacentino qui évoluent dans le même style que nous. J’ai pu rencontrer ces deux producteurs à Barcelone et apprécier leur qualité de production.

 

« Quand on compose, le réel problème est de savoir où puiser son inspiration. »

 

A votre avis, cela va-t-il perdurer ? Comment faites vous justement pour essayer de vous démarquer un peu de ce style et avoir un style plus personnel ?

Celedon: Comme tout, cela ne va pas durer, mais ça changera avec des dérivés, en essayant de nouveaux instruments, de nouvelles ambiances.

AOL : Parfois on essaye de nouveaux rythmes, plus lents ou plus rapides peu importe, il faut sans cesse se remettre en question dans la musique et pourquoi pas se lancer dans des productions totalement différentes.

 

Mathame, nous avouaient dans un de nos interviews qu’ils trouvent leur inspiration dans la religion, entre autre. D’autres artistes la puisent ailleurs, dans la nature pour Recondite par exemple. Avez-vous des sources d’inspirations propres à chacun de vous ?

Celedon: Moi c’est l’amour qui me guide.

AOL: Je suis inspiré par beaucoup de choses, qui incluent mes amis et spécialement ma famille. Comme les temps changent, les souvenirs et les moments du passé sont ma plus grosse inspiration. J’essaie de traduire ces ressentis dans ma musique.

 

Avec quoi produisez-vous vos tracks ? Combien de temps cela peut-il vous prendre à votre niveau pour produire un son de qualité ?

Celedon: J’utilise deux claviers midi et mon mac, rien de plus. Je joue la facilité (rires). Pour le temps de production, je pense que tout dépend de l’inspiration de chacun, moi ça peut varier, des fois il me faut 3 semaines, d’autre fois (comme le remix qu’on sort sur Proposal Records) 4 jours. Avec Jeremy quand on s’y met, on s’y met vraiment!

AOL : Je possède mon propre studio chez moi, je produis avec Ableton en utilisant plusieurs machines comme la TR8, le Nord Lead, NI Maschine, et mon synthé préféré le Moog.

 

Pensez-vous qu’avoir une éducation musicale comme le solfège est une nécessité pour se lancer dans la production ? Il y a énormément de gens qui se lancent dans la production et parfois, sur Soundcloud par exemple, on a l’impression d’écouter toujours la même chose. Que pensez vous de cette homogénéité ?

C’est évidemment plus simple au début de s’y retrouver avec des bases de théorie musicales ou même le solfège, mais avec persévérance et travail je pense que n’importe quelle personne peut réaliser des tracks de qualité. Le réel problème est de savoir où puiser son inspiration.

 

« C’est bizarre que le débat vinyle/digital revienne, pour moi, c’est un retour dans le temps. »

 

Tout le monde veut mixer aujourd’hui. Et tout le monde peut, en fait, c’est devenu très facile avec Traktor ou d’autres logiciels. Que pensez vous de cette saturation de DJ ?

Il faut justement produire des tracks afin de se démarquer, avoir une bonne culture musicale ne fera pas la différence, tout dépend des aspirations de chacun.

 

Du coup êtes vous plus axés sur la production ou sur le fait de mixer en club ?

Celedon: Je préfère la production, cela me permet de m’exprimer et de faire ce que j’ai envie d’entendre au moment même. Mais si une date vient a moi, je ne dis jamais non.

AOL : Moi aussi je suis plus axé sur la production évidemment, mais c’est important de pouvoir jouer ma musique en club afin de la partager et de présenter le fruit de longues heures de travail en studio.

 

Y a t-il des clubs où l’on peut vous voir jouer régulièrement ? Et préférez-vous y jouer en live ou en Dj Set ?

Celedon: Je joue de temps en temps à Biarritz au Carré Coast et au Sonotone.

AOL: Notre première aspiration est de produire, mais nous avons eu plusieurs grosses dates de DJ set en Belgique, France ou Espagne. Nous ne sommes pas résidents de clubs à proprement parler. Je cherche à développer un live, mais pour cela il me reste encore du travail.

 

Souvent on peut entendre des tracks plusieurs mois voir plusieurs années avant qu’elle ne sortent, nous avons attendu par exemple pendant un long moment la sortie de Poseidon, un track de Woo York qui a mis très longtemps à sortir. Que pensez-vous justement du processus de « release » de certaines tracks ? Quels sont les facteurs qui influencent ce processus pour que cela prenne autant de temps ? Et du coup, en attendant le jour de la sortie, des rips de sets émergent sur la toile, et leur durée de vie est parfois très limitée à cause des plaintes des labels ou d’autres personnes qui ne veulent pas voir ce genre de snippets en ligne. Qu’en pensez vous ?

Ce qui fait souvent la magie d’un set, c’est d’entendre des gros tracks unreleased inconnus au bataillon.
De ce fait avec l’émergence des DJ set en streaming sur la toile, il devient facile de riper. Mais tous savent lorsque leur set est enregistré donc parfois ils font en sorte de jouer ou de ne pas jouer certains morceaux unreleased. Sortir un track prend toujours du temps, alors que les DJ tournent 2 à 3 fois par semaine, il leur faut donc sans cesse se renouveler et jouer de nouveaux sons. C’est peut être aussi le moment pour eux de tester leur nouveaux tracks.

 

En ce moment ressort un peu le débat entre le vinyle et le digital. Quel est votre avis sur la question et votre préférence ?

Celedon: c’est bizarre que ça revienne, pour moi c’est comme un retour dans le temps. Au lieu de transporté 2 clés USB on doit se trimballer une malette de 15kg et galérer a trier ces vinyles.

AOL : Tout à fait, je suis du même avis !

 

On compare souvent la France avec l’Allemagne au niveau de la techno, et peut-être souvent à tort car ces pays n’ont pas la même histoire ni la même culture. Mais quand même, selon vous, quels sont les points où la France a plus fière allure ?

AOL : Musicalement parlant je pense que l’Allemagne est toujours en avance sur nous.

 

QUIZZ EXPRESS :

 

Votre top 3 tracks « all time » ?

Celedon:

  1. Caldera (Original Mix) – Recondite
  2. U Turn (Original Mix) – Fur Coat
  3. Learning To Fly (Original Mix) – Mathew Jonson

AOL:

  1. Cagliostro (Original Mix) – Mind Against
  2. Creep (feat. Wayne Tennant) – Michael Gracioppo
  3. Polina (Original Mix) – Agents Of Time

 

 

Votre top 3 de 2015 ?

Celedon:  

  1. North Star (Original Mix) – Tale Of Us
  2. Gimme Some (Hunter_Game Remix) – Weval
  3. Lost Soul (Avatism Remix) – Landside

 

AOL:

  1. Vertere (Original Mix) – Mind Against & Somne
  2. Looped (Original Mix) – Kiasmos
  3. Serak (Original Mix) – Recondite

 

 

Votre album préféré ?

Celedon: Recondite Iffy LP

AOL: Kiasmos – Kiasmos LP

 

Plutôt before ou after ?

Celedon & AOL: After

 

Un lieu où vous aimeriez jouer un jour ?

Celedon: Lightbox London

AOL: Aiguille du midi – Chamonix Mont-Blanc

 

 

Podcast exclusif pour Techno Cadeau

 

 

English version

 

Hey guys ! We discovered both of you on Soundcloud, by listening to a mix of Celedon and to several tracks of Absence Of Light, and we must admit that we were really surprised:  a few followers, a couple of personal productions for each one of you, but who are those two guys? Could you please tell us a bit about yourself?

Celedon: Hi, my name is Andoni, I’m 21 years old and originally from Basque Country (South of France)

AOL: Hi, I’m Jeremy, 23 years old, from Belgium, living in Barcelona.

 

How and since when did you get into electronic music?

Celedon: After my (struggle)  2 years of university studies in Barcelona, I got right into this vibe of electronic music. I started going to all these crazy Spanish parties. Little by little I realized that I’d like to make my own music, that I could add my touch to the electronic music.

Aol: I started playing music when I was relatively young, playing piano and drums. But it was when I moved to Barcelona, about 6 years ago that my passion for electronic music emerged, most probably due to the amazing atmosphere that flows in that city.

 

Actually, we have discovered both of you by each of your solo projects, how did you guys meet?

Ahaha what a moment… We did not know each other and we got into the same elevator to go to a pre-party. (We had some friends in common)

Coincidence or not, the elevator got stuck and we had to wait until the firemen came to get us out of there… After that we kept on seeing each other at parties and most fun of all, finishing those parties at some of Barcelona’s most epic after parties…

 

What are your future projects, in the near future or even a bit further? Any planned releases on a specific label?

Celedon: At a personal level, I’m currently working on a project that is more focused on techno, dubtechno and everything around this genre. I produce a lot of music in order to be sure of what I’m doing. We’ll see how it goes…

AOL: This year I’ve shifted my focus entirely towards my music, starting a new degree in sound engineering and I concentrate myself only on my new project: Venom, which will become a label in the near future, very nice releases will come. I can’t tell you anything more at the moment but you will be informed very soon.

 

You both live in different places, quite far from each other (Celedon lives in the area of Biarritz, while AOL lives in Barcelona), how do you guys manage to work and collaborate from such a distance? Doesn’t that make the process of creating music more complicated?

When working together we use a new platform called Splice, which is really cool. It allows you to collaborate with partners by using a cloud-based service. But it is true that it is kind of complicated. To directly exchange ideas we prefer to skype or to call each other, in fact, we more or less use all the possible methods to communicate.

What concerns musical taste, we get along very well. We can produce stuff separately and independently, knowing that the other one would automatically approve it.

 

Jeremy, can you tell us more about the techno scene in Barcelona?

Barcelona is a city that offers a perfect environment for inspiration and for music production. There are many producers currently living in Barcelona like Maceo Plex, Art Department, Audiofly, Fur Coat, Blond:sh, André Crom, Agents Of Time, etc… The electronic scene offers a high quality music, and includes several big clubs and line-ups, not to forget the crazy Sonar festival in June or even DGTL in August.

 

Your musical style, that we can consider as Melodic techno or dark techno for some of your tracks, is a style that has become kind of popular right now, especially in Italy, where we do not even count the amount of upcoming musicians in this music genre. In France, we haven’t seen many of these producers yet. Are we wrong?

Celedon: It is true, it seems like France is a bit late on this topic, however, we do see more and more producers releasing tracks in this genre. I think that it is a popular music genre not only in Italy, but around the world.

AOL: I believe that in France the Techno phenomenon is more new and upcoming… like the Weather Festival in Paris for instance. In fact, there are some new French artists such as Paul Roux or Julien Piacentino that evolve in the same music style as we are. I have had the opportunity to get to know those two producers in Barcelona and have appreciated the solid quality of their productions.

 

According to you, is this gonna last? How do you manage to stand out of this music style and to have a more personal music style?

Celedon: Like everything… This is not going to last forever, but it will change with some derivatives, and by trying new instruments and new ambient.

AOL: sometimes we try out new rhythms, slower or even faster, no matter what. I believe we have to challenge ourselves in music and why not try to produce something completely different.

 

Mathame, told us they were finding their inspiration in the religion, for instance. Other artists could find inspiration elsewhere, like the nature for Recondite for example. Do each of you have his own source of inspiration?

Celedon: For me it is love that guides me.

AOL: I am inspired by many things; including my friends and especially my family. As time passes by, my memories are my strongest source of inspiration. It is those feelings and emotions that I try to translate into my music.

 

What do you use to produce your tracks? How long could it take for you to produce a quality track at your level?

Celedon: I use two midi keyboards and my mac, nothing else. I keep things easy ahah! Concerning the production time, I think that really depends on the inspiration of each producer. For me it could vary, sometime I need 3 weeks, and some others (like the remix we did for Proposal Records) 4 days. With Jeremy when we’re committed to doing something, we really work hard!

AOL: I have my own studio at home, and I produce with Ableton and a couple of machines, including TR8, Nord Lead, NI Maschine and my favorite Moog synth.

 

Do you think that studying musical notation is required in order to start producing?

It is of course easier in the start to have some understanding of basic music theory, but with dedication and hard work I think that everyone could realize quality tracks. The real problem is actually to know where to draw inspiration.

 

Everyone wants to mix today. And everyone is able to do it, in fact, it has become really easy with Traktor etc.. What do you think of this saturation of DJ?

Aol & Celedon: There is a need of producing tracks in order to stand out from so many talented Dj’s. Having a good music culture would not make the difference; I believe it all depends on desires.

 

So are you more focused on your own productions or more on gigs and dj sets in clubs?

Celedon: I prefer the production; it allows me to express myself and to do whatever I want in real-time. But if a gig is offered, I would never refuse.

AOL: I’m more focused on my productions of course, but it is important to be able to play my music in clubs in order to share and present the outcome of very long working hours in the studio.

 

Are there clubs where we can see you play often? Do you prefer to play live or Dj set?

Celedon: I play from time to time in Biarritz at Carré Coast and at Sonotone.

AOL: Our first wish is to produce. We are not resident Djs of any clubs at the moment, but we have had several big gigs (dj set) in Belgium, France, or Spain. I seek to prepare a live set, but in order to accomplish that I still have a lot of work to do.

 

It happens very often that we can hear some tracks months or even years before they get release, at this moment we have been waiting for a long time Woo York’s recent track called « Poseidon » (Finally release on Afterlife) has been going around for a couple of months. What do you think about the release process of certain tracks? What are the factors that influence the release process for which it often takes so long?

Due to that, while waiting for the release day, a number of rips from Dj sets appear on the web. Those rips do not last long because of complaints from labels or other people that do not appreciate those kinds of snippets online. What do you think about that?

What often does the magic in a set, is to hear a couple of bomb unreleased tracks that are unknown for the audience… Having said that, the emergence of online dj sets streaming makes it easier to rip tracks. However, djs are aware of when exactly their set is being recorded and for that reason, they sometimes have to avoid playing unreleased material. It always takes a while to release a track, but Dj’s play around 2 or 3 times a week and always need new material to play. It is maybe also the moment for them to try out their new tracks.

 

Another debate that has been going around for a while is the debate between vinyl and digital. What do you think of this debate and what do you prefer?

What do you think of Facebook groups concerning Techno music in France, such as, the Weather, Pas-weather, Melodig Diggers, Chineurs de Techno…

Celedon: It is strange that this debate comes back, for me, it is like going back to the past. Instead of travelling with 2 Usb sticks, we have to travel around a 15kg luggage and then struggling with sorting the vinyls.

AOL: I agree, I have the same opinion.

 

We often compare France and Germany concerning the level of techno music, and most probably they cannot really be compared because they do not share the same history and / or culture. But according to you, what are the strengths of the techno scene in France?

In terms of music, I think that Germany is always a step ahead of us.

QUIZZ EXPRESS :

Your top 3 tracks « all time » ?

Celedon:

  1. Caldera (Original Mix) – Recondite
  2. U Turn (Original Mix) – Fur Coat
  3. Learning To Fly (Original Mix) – Mathew Jonson

AOL:

  1. Cagliostro (Original Mix) – Mind Against
  2. Creep (feat. Wayne Tennant) – Michael Gracioppo
  3. Polina (Original Mix) – Agents Of Time

Your top 3 of 2015 ?

Celedon:  

  1. North Star (Original Mix) – Tale Of Us
  2. Gimme Some (Hunter_Game Remix) – Weval
  3. Lost Soul (Avatism Remix) – Landside

AOL:

  1. Vertere (Original Mix) – Mind Against & Somne
  2. Looped (Original Mix) – Kiasmos
  3. Serak (Original Mix) – Recondite

Your favorite album ?

Celedon: Recondite Iffy LP

AOL: Kiasmos – Kiasmos LP

Before or after-party  ?

Celedon & AOL: After

A place where you would like to perform?

Celedon: Lightbox London

AOL: Aiguille du midi – Chamonix Mont-Blanc

 

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *