Chronique : ENØS – Dimensions

Chronique : ENØS – Dimensions

Après « Volcanic Stone », ENØS s’offre un second EP, signé sur Click Records. Le duo suisse transforme l’essai avec « Dimensions », nouveau travail mature. L’univers ENØS continue de s’affirmer.

 

Malgré les critiques dithyrambiques après leur premier disque à l’été 2016, ENØS ne s’est pas précipité pour réaliser sa deuxième galette. Loin de la productivité de certains, ne courant qu’après le chiffre, le duo suisse préfère se faire rare. Alors, quand le deuxième EP est sorti, quasiment un an jour pour jour après le premier, l’attente était grande.

 

A ce compte là, ENØS n’a pas déçu. Avec trois morceaux qui restent dans la patte des deux compères. Un univers bien sombre, musical, Afterlife-compatible. Ca tombe bien, Tale of Us (duo à l’origine du label sus-nommé) a d’ores et déjà apporté son soutien à l’EP des deux hommes. L’EP « Dimension » est cependant signé sur le label Click Records. Plate-forme sur laquelle on retrouve Marc DePulse, Innellea, ou Rafael Cerato. Ce dernier a d’ailleurs signé un remix sur l’EP d’ENØS.

 

 

Avec « Distant Smoke », les deux frères plantent le décor. Le dédale de sonorité vient se blottir du côté des graves. Le morceau gronde, doucement, jusqu’à ce que le beat ne vienne définir le rythme, très dur. Mais surtout lent et hypnotique. Le titre prend un tour un peu plus doux avec les changements de rythmes et la partie allouée aux vocals. Encore une preuve d’affiliation à des titres afterlifien. Les paroles résonnent, se perdent dans les airs, avant que les basses ne reviennent brutalement dans nos oreilles.

 

Le rythme dans « Dimensions » n’est pas franchement plus mesuré. Dès les premières notes, il s’impose. Un brin plus rapide et plus varié du côté des basses, le morceau se destine un peu plus à une danse énergique. Alors que « Distant Smoke » allait plus chercher dans l’inconscient robotisé. ENØS confirme, avec le drop, son amour pour les changements de braquets, les jeu d’arpèges et la montée épique vers le retour des basses. Sans trop en faire.

 

 

Avec son remix de « Distant Smoke », Rafael Cerato bascule dans cette oasis dancefloorique. Il a gardé les vocals mais les a entouré d’un rythme surboosté et de ses accords vitaminés et lumineux. Le rythme prend une tournure bien plus intense et s’accommode à une ambiance plus colorée.

 

Varié grâce au remix de Rafael Cerato, l’EP « Dimensions » est une nouvelle preuve de la capacité d’ENØS à sortir des morceaux sublimés. Rendez-vous dans un an pour la suite ?

 

Vous pouvez vous procurez l’EP sur Beatport.

 

Romain Conversin

 

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *