Chronique : STRKTUR – OK [Nashton Records]

Chronique : STRKTUR – OK [Nashton Records]

Que les aficionados de techno mentale et acid se rassurent, STRKTUR a de nouveau frappé fort avec son EP « OK », sorti sur le label Nashton Records. C’est le deuxième EP du Lyonnais sur ce label et l’alliance fonctionne toujours aussi bien.

 

Pour le coup, Techno Cadeau est loin d’être premier sur l’info. L’EP « OK » est sorti fin septembre. Autant dire une éternité dans le petit univers de la musique électronique, où on compte des centaines de sorties chaque jour. Oui mais. Oui mais, ce « nouvel » EP du producteur lyonnais, STRKTUR, vaut quand même la chandelle. Et il n’est donc jamais trop tard pour en parler.

 

Si vous ne connaissez pas STRKTUR, sachez qu’il a déjà sorti quelques EP sur des labels comme 808 Recordings ou Airsound Records. En tant que lyonnais, il est aussi très proche du label local Nashton Records. C’est d’ailleurs sur ce label que le Français a sorti son dernier EP, après avoir déjà signé un disque et avoir participé à un Various Artist. Ce nouvel EP, intitulé « OK », est une vraie entrée dans l’univers favori de STRKTUR, à savoir une techno acid et mentale. Sans pour autant négliger le côté mélodique. Un artiste contemporain en somme.

 

 

Dans le premier morceau, Vegetativ, le rythme est imprimé d’entrée avec des basses costauds. Les arpèges sont travaillés pour ne laisser que peu de respiration à l’auditeur. Le morceau ne se veut pas trop rapide mais la rythmique est constante jusqu’à cette pause, laissant entendre une complainte presque religieuse. Les synthés ne disparaissent pas mais laissent la place à ce drop savamment orchestré, qui finit par exploser. Le duo Pleige remixe le morceau en décapant tout sur son passage. Les basses frappent plus fort, sont plus rapide et le rythme est surtout beaucoup plus dur. Une vraie autoroute techno, qui dessine quand même quelques variétés ici et là pour garder l’auditeur en haleine.

 

Contrairement à Vegetativ qui tape fort mais qui garde un côté plutôt coloré, le second morceau, Another Acid line est né au trente-troisième sous-sol. Ambiance menaçante, claps sans fioriture, tout est fait pour créer une esthétique noire. Le synthé qui s’envole au fur et à mesure du morceau offre une touche de couleur. Normal, c’est de la bonne acid comme on l’aime. Celle qui emporte les corps les plus fatigués dans les limbes des dancefloors moites. Pour son remix, Vegim, a supprimé la touche acid du morceau et imprime un rythme encore plus effrayant. On entre ainsi complètement dans un délire mental de la musique. Du très bon niveau du début à la fin.

 

« OK EP », sorti le 24 septembre 2018

Sur le label Nashton Records

Acheter l’EP sur Beatport

 

Romain Conversin

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *