ITW : Innellea se lance dans le grand bain

ITW : Innellea se lance dans le grand bain

Quelques jours après nous avoir composé un podcast de génie, Innellea s’est confié à Techno Cadeau. Les deux Allemands se sont épanchés sur l’année 2016, qui sera, sans nul doute, une date butoir pour eux, avec la sortie de leurs trois premiers EPs. Chez Techno Cadeau, on parie que ces deux là vont beaucoup faire parler d’eux dans les années à venir.

 

english version below

 

Techno Cadeau : pouvez-vous nous parler de vous ?

Innellea : nous sommes Innellea, un duo allemand. A côté de notre passion musicale, nous étudions tous les deux.

 

Comment vous vous êtes rencontrés ?

Nous faisons partie d’un collectif, qui organise des soirées, mais nous étions tous les deux dans des constellations différentes avec d’autres partenaires. Cependant, nous avions décidé de lancer un projet musical tous les deux, et l’histoire a débuté. Cela fait maintenant un an qu’on a commencé le projet.

 

Vous pouvez nous expliquer le choix de ce nom de scène, Innellea ?

Innellea est une sorte d’anagramme. Nous avons mixé certaines lettres de nos noms pour créer ce nom de scène. Pour nous, il était très important que le nom soit agréable et qu’il sonne bien à l’oreille. Il n’y a pas vraiment de signification derrière tout ça.

 

Quel est votre premier souvenir avec la musique électronique ?

Michi : Ma première rave était lors d’un concert de Boys Noize à Munich. C’était vraiment cool. Dès que je suis rentré chez moi, j’ai décidé que je voulais, moi aussi, faire de la musique.

Daniel : En fait, ma première rave était une soirée Musica Autonomica. Je suis donc plutôt heureux de faire partie de cette équipe maintenant.

 

Quels sont les artistes qui vous influencent aujourd’hui ?

C’est très difficile de n’en nommer que quelques uns… La scène est tellement large, et il y a toujours des artistes, qui nous inspirent.

 

Il est important de promouvoir un style véritable et unique, quand on créé un label. Cela prend du temps pour y arriver…

 

Il y a un artiste avec lequel vous rêvez de travailler ?

Peut-être avec Notorious B.I.G, mais c’est impossible, étant donné qu’il est mort.

 

Vous venez de Munich. Pouvez-vous de nous parler de cette ville. Ce n’est pas un fief de la techno, on se trompe ?

Non, nous ne dirions pas ça. En fait, Munich a vraiment une scène techno intéressante. Nous avons bien cinq clubs avec des bookings de qualité. Par exemple, il est possible de retrouver Maceo Plex, Solomun, Guy Mantzur et Mano Le Tough, jouant tous le même soir dans des clubs différents de la ville.

 

Vous n’avez pas encore sorti vos propres releases. Jusqu’à présent, vous n’avez fait que du Djing. Vous pensez que dans le monde musical aujourd’hui, il est possible de vivre sans la production ?

Il y a encore quelques DJs qui parviennent à vivre seulement par le Djing, mais c’est un phénomène extrêmement rare aujourd’hui…

 

Vous pouvez nous parler de vos premiers contacts avec le label Musica Autonomica ?

Nous avons produit de la musique et nous l’avons présenté à Christoph (ndlr : Christoph Henrik Pankowski, boss du label allemand). Nous avions beaucoup de temps pour composer, nous avons donc fait énormément de morceaux. A la fin, nous lui avons proposé 9 tracks, et il a fait son choix.

 

Vous devez être impatients de montrer de quoi vous êtes capables ?

Bien sûr. Nous allons sortir trois releases en trois mois. Et à côté de ça, nous allons sortir quelques podcasts remplis de certains sons qu’on adore !

 

Ce n’est pas un peu frustrant d’avoir à attendre jusqu’à début 2016 pour pouvoir sortir vos propres morceaux, qui sont prêts depuis un petit moment déjà ?

Oui c’est un peu frustrant, mais la fin, c’est un vrai plaisir de voir tes morceaux sortir.

 

Vous ne pensez pas à créer votre propre label pour être plus libres vis-à-vis des dates de sortie ?

Hum, non pas tout de suite. Pour nous, il est important de promouvoir un style véritable et unique, quand on créé un label. Et arriver à cela, ça prend du temps…

 

 

Si on parle de vos productions, on y retrouve des pièces musicales très deep. C’est un genre, qui se révèle de plus en plus dominant dans la musique électronique aujourd’hui. Pourquoi avoir décidé de se lancer dans ce style ?

Nous n’avons pas vraiment décidé à l’avance où nous voulions aller dans la musique. Nous avons juste produit notre son, et c’est ce qui en est ressorti.

 

Mais c’est quand même plus compliqué de faire son trou dans un univers aussi bouché non ?

C’est sûr que c’est compliqué. Mais c’est peut-être la raison, qui rend le tout si intéressant. Tu vas faire le son qui te plaît et peut-être qu’un jour, tu vas parvenir à avoir ton propre style.

 

Votre style peut s’apparenter à celui du label Life And Death. C’est un label que vous admirez ? Est-ce un objectif de travailler avec eux ?

Nous devons nous confesser : nous ne sommes pas des fans incontestés de Life and Death, mais pour autant, nous ne cracherions pas sur le fait de sortir quelque chose sur ce label.

 

On dit souvent que le réseau est de plus important dans la musique électronique. Quel est votre avis sur la question ?

Nous pensons que le talent n’est plus suffisant aujourd’hui. Outre le fait de sortir de la bonne musique, il faut être capable de se sociabiliser et de pouvoir tisser des liens au maximum.

 

La techno n’est pas une musique accessible à tout le monde, et ça sera, sûrement encore le cas dans les années à venir.

 

Mais en plus de faire de la bonne musique, il est compliqué de marquer une différence avec l’explosion de l’offre côté musique électronique. Comment vous planifiez la chose ?

Nous allons simplement continuer de faire notre musique. Nous pensons qu’un jour, notre musique sera différente des autres, car nous sommes proches de trouver notre propre style.

 

Il n’y a pas des moments où la tentation de basculer dans le commercial se fait sentir ?

Non, ce n’est pas du tout la raison pour laquelle les gens doivent faire de la musique.

 

Vous ne pensez pas, qu’aujourd’hui, les radios mettent trop l’EDM en avant, et pas assez la scène underground ?

On s’en fout complètement. Nous détestons l’EDM et on en a rien à foutre si quelqu’un veut un gâteau dans sa face (ndlr : en référence au lancer de gateau de Steve Aoki lors de certaines de ses « performances »).

 

Vous pensez que c’est possible de voir la scène techno devenir aussi mainstream et périmer ? Ce n’est pas quelque chose qui vous fait peur quand on voir le nombre croissant de fans de techno tout autour du monde ?

Non, nous pensons que la techno n’est pas une musique accessible à tout le monde, et ça sera sûrement encore le cas dans les années à venir.

 

 

On dit souvent que la scène underground est ouverte qu’aux vrais mélomanes. Mais certains artistes préfèrent avoir une audience plus large, même si elle comprend des auditeurs pas forcément intéressés par la musique. Quel est votre avis sur la question ?

Peut-être que les personnes pas forcément intéressées, dont tu parles, développent ensuite un intérêt à la musique après avoir participé à des soirées underground. Donc nous pensons que c’est plutôt cool d’avoir des personnes pas forcément fans de techno dans notre public parfois.

 

En parlant d’audience, en Allemagne, la mentalité à propos des drogues est beaucoup plus ouverte. Quelle est votre avis sur la question ?

Nous n’avons pas vraiment d’avis. Si certains aiment consommer de la drogue, qu’ils le fassent. Après le problème réside surtout dans le fait que certains viennent à des soirées dans l’unique but de prendre de la drogue. Si la drogue devient la seule raison pour laquelle certains écoutent de la techno, alors ils n’ont rien compris.

 

C’est quoi la suite pour vous ? Avec vos EPs, qui arrivent début 2016, vous continuez quand même à composer ou vous vous préparez plutôt pour de futures dates ?

Nous travaillons sur notre musique le plus possible. Nous sommes également en train de travailler sur un live. Mais en général, on fait beaucoup de choses en même temps : production, lives, études, production, lives, études…

 

Quel pourrait être le plus grand achèvement pour vous ?

Peut-être avoir la chance de jouer dans quelques festivals cette année.

 

 

Quiz express

 

Vinyle ou digital ?

Collectionner les vinyles et jouer via USB.

 

Live ou DJ Set ?

Les deux peuvent êtres géniaux.

 

Soirée dans un énorme club, ou fête plus intimiste ?

Nous n’avons pas assez d’expérience pour répondre à cette question.

 

Votre série favorite ?

Game of Thrones.

 

Votre film favori ?

Harry Potter !

 

Un artiste en particulier ?

Tous ceux qui sont créatifs.

 

Votre morceau favori ?

Daniel : Manuel Tur – Deviate, c’est mon son techno favori de tous les temps, si on prend un spectre non électronique, alors je dirai Nirvana – Lake of Fire

 

 

Michi : Simon And Garfunkel – Sound of Silence

 

 

Votre LP favori ?

Michi : Caribou –Swim

 

 

Daniel : Le dernier album de Marbert Rocel en ce moment. (ndlr : il s’intitule « In The Beginning » et est disponible depuis le 9 octobre 2015)

 

Romain Conversin

 

———————

English version

 

Hey guys, first can you drop some lines about you two?

Hey, so we´re Innellea. Besides putting our passion into music we both study.

 

How did you met?

We are part of a collective which is organizing partys, but in different constellations with other partners. So once we started a project together and that´s where it all began.

 

When did you decide to make some music together?

It was about one year ago. Winter 2014 we guess.

 

A What’s that name “Innellea” comes from?

Innellea is something like an anagram. We mixed some letters of our names.

For us It was really important that the name flows and that it sounds good to us. So there’s no real massage behind it.

 

What was your first memories with electronic music?

Michi: My first rave was a Boys Noize gig in munich. It was really cool. After I went home I decided to do such music.

Daniel: Actually my first real rave was an Autonomica Rave, so i’m quite happy to a member now.

 

What are the artists who influence you?

It’s hard to name some. The scene is so big and there are always new artists who are really inspiring.

 

Is there an artist you really dream to work with?

Maybe with the Notorious B.I.G but unfortunately he’s dead.

 

Can you talk about the city you’re from? Munich is not a city into techno, right?

No we would not say that. Actually Munich has a really nice scene. We have like 5 clubs with outstanding bookings. For example sometimes it can happen that Maceo Plex, Solomun, Guy Mantzur and Mano le Tough play in different clubs at the same evening.

 

You’ve never released your own productions yet. So you’ve been only Djing so far. Do you think it is possible to make some money without producing today?

There are some less DJs who achieved their state only by djing, but this is a very rare phenomenon nowadays.

 

Can you talk about your first steps with Musica Autonomica?

We just made music and gave Christoph the results. We had a lot of time so we made way more music. So at the end we had like 9 tracks and he had the choice…

 

I assume you’re impatient to show what you’re capable of?

Of course! We will release three ep’s in three months and besides that we´ll also drop some podcasts with songs we really love and like!

 

Isn’t it a bit frustrating to have to wait until begin of 2016 for release your first tracks, which are ready since a bit?

It´s kind of frustrating but in the end it´s a big pleasure when your tunes will come out!

 

Did you think of create your own label to be more free about those stuffs?

Hm nooo not yet. For us it’s very important to showcase a very unique style with his own label, and that will take some time.

 

About your productions, those are some piece of quality deep music. It’s a genre really dominant in the electronic music today. Why did you guys decided to jump into that style?

We didn’t really decide to go this way, we just made music and that’s what came out.

 

Isn’t it more difficult to make a difference with all the people who makes this kind of music?

It is difficult for sure. But maybe that´s just the reason why it´s so interesting. You just do what you like and maybe someday you have your very own style.

 

I assume you’re both big fans of Life And Death, right? Is this one of your goal to work with this kind of imprint?

We have to admit, we aren’t really all into Life and Death. But we wouldn’t mind having a release on this label.

 

How important is the network in music electronic today?

We think talent isn’t often enough nowadays. Besides releasing great music, you have to socialize and connect as much as possible.

 

Today it’s more difficult to make a difference with the big offer in music electronic, how do you plan to do?
We will just keep on making music and we think, one day our music will be different to the other, because we’re about to find our style.

 

Is there a temptation to make some commercial music to have a bigger audience?

No, that’s not the point why people should make music.

 

What do you think of radio today?
Don’t you think radios give too much importance to EDM, and not enough to the underground scene?

We don’t mind, we don’t like EDM and so we don’t give a shit if anybody wants a cake in his face. (ndlr : Innellea refers to Steve Aoki’s gimmick, wich is to throw a cake on his audience during his « performances »).

 

Is this possible to see techno becoming mainstream and then has-been too? Don’t you be afraid of that seeing that techno is having more and more fans all around the world?

Techno isn’t the music to be everyone’s we guess and we also think that it will be like this.

 

Some person in electronic music loves that underground scene is reserved to only real music lovers. But some prefer to have a bigger audience even if there are some people don’t really interested in music. What do you guys thinks about it?

Maybe those persons create an interest then after listening to that kind of music. So we think it´s cool if there´s sometimes someone who isn´t really into techno you know.

 

Germany is a country more open than France about the use of drugs. In France it’s seen as a big sin. What do you guys think about it?

We don´t really mind. If people love doing those drugs they can do it. It just becomes said if they just went to partys to take drugs. If drugs are the only reason why they listen to techno, they have no clue!

 

What’s next for you so? With all of your Eps coming, do you continue to produce music, or you’re preparing your future dates with your music?

We will work on our music as much as we can. We´re planing to create a liveset. But besides that, we produce, play gigs, study, produce, play gigs, study…

 

What could be the biggest achievement for you?

Maybe playing some festivals this season.

 

 

Quiz express

 

Vinyl or digital?

Collecting Vinyl; playing usbs..

 

Live or Dj set?

Both can be great.

 

Party in a big venue or more intimate?

To answer this question, we think we have to less experience.

 

Your favorite TV Show?

Game of Thones.

 

Your favorite movie?

Harry Potter!

 

Your favourite artists?

Everyone who´s creative!

 

Your favourite song?

Daniel: Manuel Tur – Deviate, fave techno song of all time so far and if it comes to non-electronic maybe Nirvana – Lake of fire

Michi: Simon and Garfunkel – Sound of Silence

 

Your favourite LP?

M : Caribou – Swim

D : Marbert Rocel’s new album at the moment.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *