ITW : Hawkta, voyage spatial

ITW : Hawkta, voyage spatial

Hawkta a commencé à composer de la musique électronique très récemment. Mais il a déjà tapé dans l’oeil – et les oreilles – de nombreux observateurs, nous y compris ! Il faut dire qu’Amir Bacar de son vrai nom a un talent certain. Il nous a parlé de ses coups de coeur musicaux, mais surtout de son tout premier EP, « Stellar » sorti sur Tripalium. Rencontre avec un homme réfléchi sur son art.

 

Techno Cadeau : les musiques ambient et éxperimental deviennent de plus en plus attirantes, notamment pour de nombreux jeunes artistes, quel a été le déclic pour toi ?

Hawkta : j’ai toujours été attiré par les atmosphères et les différentes textures que pouvaient entourer une track, petit à petit je me suis mis à écouter des artistes comme Donato Dozzy, Abdulla Rashim, Milton Bradley, Stanislas Tolkachev; de par leur travail j’ai voulu moi aussi accorder une place centrale à l’ambiance.

 

On sent une petite touche Answer Code Request dans certaines de tes productions, on se trompe ?

Oui en effet, c’est un artiste que j’apprécie énormément, cela me fait très plaisir que vous le relevez !

 

Lors de tes premiers pas dans la musique électronique, tu t’es rapidement tourné vers l’ambient ?

En quelque sorte oui, il est vrai que je ne produis que depuis un an mais j’ai toujours eu l’envie de mettre en avant une ambiance, des textures fortes !

 

Je ne considère pas le public comme un « attrape-kick »

 

Il n’y a pas eu un moment dans ton début de carrière où tu t’es dit que tu voulais exploser des salles remplies à coups de gros kicks ? Chose plus difficile à faire quand on produit une musique plus atmosphérique ?

Je ne vois pas la musique comme cela, et je ne considère pas le public comme un « attrape-kick » (rires), cela dit il est vrai que lors de mes sets j’y inclus davantage de vigueur, d’intensité. Un set c’est un peu comme un scénario tout doit être réuni pour y apporter du sens !

 

Ta musique est assez atmosphérique, et assez obscure également. On retrouve d’ailleurs plus souvent des tracks obscures que lumineuses dans l’ambient, comment l’expliques-tu ?

Pour ma part, je perçois ma musique simplement comme un objet évasif, à la fois percutant et captivant, en somme une forme d’échappatoire.

C’est peut-être le cas, mais à la base la Techno est une contre-culture, l’aspect sombre y est peut-être lié. Toutefois on peut trouver d’excellentes tracks d’ambient plus « lumineuses ». Je pense notamment à Urban Decay de l’artiste Orphique.

 

 

Certaines de tes productions sont presque oppressantes d’ailleurs, c’est une volonté de ta part de faire ressortir des émotions plutôt angoissantes ?

Ma musique varie en fonction de mes humeurs et de mes propres émotions, cet aspect sombre est aussi en lien avec le monde dans lequel on vit, fait notamment de haine, de conflits et d’amertumes.

 

Stellar EP est ta première release. Tu y as consacré combien de temps ?

4 mois peut-être, initialement Stellar devait être ma deuxième release, mais parfois les releases prennent un peu plus de temps que prévues…

 

Par certains aspects, ma musique a des ressemblances avec les sons émis par les ondes électromagnétiques présentes dans l’Univers

 

Tu nous expliques le choix du titre ? Stellar, s’avère être un nom que l’on retrouve beaucoup dans la musique électronique…

C’est simple, je suis féru d’astronomie, donc bien entendu je suis attiré par les sujets sensibles au cosmos. C’était d’une part un clin d’œil, et d’autre part parce que ma musique, par certains aspects, a des ressemblances avec les sons émis par les ondes électromagnétiques présentes dans l’Univers.

 

Comment se sont passés les contacts avec Tripalium ? Pourquoi accepter de sortir ton premier travail chez eux ?

Très bien ! Je tiens d’ailleurs à remercier Benjamin pour le travail accompli et le temps qu’il m’a accordé. C’est l’un des rares labels français à mettre en avant ce genre de musique, que ce soit en musique enregistrée et sur scène, du coup mon choix s’est avéré être assez simple !

 

 

D’ailleurs, idem, peux-tu nous expliquer le choix d’Absolute Records pour ta seconde release « Disorder EP », sorti le 25 novembre dernier ?

Je trouvais qu’il y avait une certaine continuité entre mon travail et ce que proposait Absolute. Il y avait une opportunité et ça c’est traduit assez rapidement, par une nouvelle release.

 

 

Il y a des labels en particulier, avec qui tu aimerais collaborer à l’avenir ?

Oui bien sûr, ce serait un plaisir immense de signer avec des labels comme Avian, Northern Electronics, Stroboscopic Artefacts, Field Records

 

D’ailleurs tu écoutes quoi comme musique ?

J’écoute énormément d’ambient et de techno, dans son spectre le plus large, c’est pourquoi mes sets se traduisent ainsi. A cela mes journées sont également rythmées à coup de lo-fi et de raw-house il y a quelques mois j’ai même créé un side project « Jaïna » ainsi qu’un label Northern Echoes.

 

 

Quels sont tes futurs projets ?

Je compte désormais me consacrer à la scène, je suis en discussion pour plusieurs dates courant 2016.

Au sein du label Northern Echoes je souhaite développer le sub-label « Ostren Rec. », sensiblement orienté Techno, une sortie est déjà prévue à cet effet « OTN001 | Mentary – Central EP », et les previews sont disponibles depuis début décembre !

Je suis également l’un des co-fondateurs des soirées Krone sur Rennes, et on travaille actuellement sur les prochains concerts. Enfin, les étudiants en ingénierie culturelle et management de l’Icart Paris dont je fais partie organiseront les 19 et 20 mars 2016 un festival d’arts numériques au sein des locaux de l’école. Vous serez bien évidemment les bienvenus !

 

Quiz express

 

Vinyles ou digital ?

Digital mais je commence à investir de plus en plus dans les vinyles, le vinyle a encore pour moi une saveur particulière, je suis extrêmement ravi du regain que connaît le secteur.

 

Live ou DJ-Set ?

Dj-Set, il est encore trop tôt pour penser au Live.

 

Soirée dans un gros club ou petite fête intimiste ?

Tout dépend du lieu et du public, mais j’ai une préférence pour les événements en extérieur.

 

Ton film préféré ?

Impossible à dire, par contre le dernier film que j’ai apprécié était « Taxi Téhéran » de Jafar Panahi.

 

Ton artiste préféré ?

En donner qu’un seul paraît compliquéallez… Abdulla Rashim !

 

 

Mon morceau préféré ?

Rude question, disons que pour le côté classique je dirais « Vamp » d’Outlander

 

 

Ton livre favori ?

« Matin Brun », de Franck Pavloff, un livre à la portée de tous et toujours d’actualité !

 

Ton LP favori ?

Là aussi c’est dur d’en extraire n’en serait-ce qu’un seul, j’ai tout même plus qu’apprécié « Incubation » le LP sorti par Dramasuit sur HLF/PIN, un véritable chef d’œuvre !

 

 

Romain Conversin

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *