Marsatac prêt à faire rugir la cité phocéenne

Marsatac prêt à faire rugir la cité phocéenne

A la fin du mois de septembre, vendredi 23 et samedi 24, le festival phare de Marseille prendra ses quartiers à la Friche pour sa 18e édition. Qui dit deux soirs, dit deux ambiances avec un focus sur les musiques urbaines et le hip-hop le vendredi, et une soirée plus tournée musiques électroniques le samedi. Comme souvent avec Marsatac, on se retrouve devant une programmation riche et pointue.

 

« Entre chiens et loups » voilà comment Marsatac a décidé de thématiser son festival cette année, en référence au rassemblement à la nuit tombée. Pour nous, c’est aussi une manière de marquer la séparation entre les soirées hip-hop et électroniques, tout en surlignant le fait que ces deux genres musicaux ne sont pas si éloignés que ça. Bah oui, la frontière entre un chien et loup est assez ténue. De notre côté, même si notre attention première se porte forcément sur les musiques électroniques, nous sommes à fond derrière l’idée de remettre le rap au goût du jour dans le festival Marsatac, qui s’était seulement tourné vers la musique électronique en 2015.

 

 

Un terrain de jeu immense de 45 000 m2

 

Comme l’année passée et celle d’avant, c’est la Friche de la Belle de Mai qui sera l’hôte du festival. Un lieu, qui prend de plus en plus d’ampleur dans la vie culturelle marseillaise. Constituée dans les années 90 dans une ancienne manufacture de tabac, la Friche a vécu un lifting lorsque Marseille était capitale européenne de la culture. Aujourd’hui, c’est un des poumons culturels de la ville avec un espace énorme de 45 000 m2. Le lieu industriel est également très impliqué dans l’essor des musiques électroniques puisqu’on a pu participer tout l’été à des soirées en plein-air sur les toits et la Friche renferme également un des meilleurs clubs alternatifs de Marseille : le Cabaret Aléatoire.

 

Pour Marsatac, le lieu a été réaménagé afin de créer une expérience scénographique inédite. On y retrouvera donc trois scènes distinctes, dont une intitulée le « Club » qui se tiendra dans un lieu encore inconnu. Une volonté de surprendre et de foutre une claque autant visuelle que sonore à son public. Pour se donner les moyens de ses ambitions, Marsatac a convié plusieurs collectifs chargés de confectionner des installations scéniques originales et immersives. Rien que ça, ça nous met l’eau à la bouche, mais attendez, on ne vous a même pas encore parlé des artistes en présence…

 

© Boby

© Boby

 

Côté programmation, on frise le sans-faute

 

S’il y a bien un aspect du festival Marsatac qu’on a envie de mettre en avant, c’est cette capacité à toujours proposer une programmation intelligente et pointue. Côté électronique, on se retrouve ainsi avec un plateau extrêmement fourni, varié et homogène. Alors bien sûr, on a de gros noms bien ronflants comme ceux de Marcel Dettmann, apôtre du célèbre Berghain, Chris Liebing, la légende la techno allemande, ou encore Richie Hawtin. Pour ce dernier, Marsatac a décidé de lui donner un espace de liberté inédit en Europe, puisque le producteur anglais présentera un live audio-visuel jamais joué sur le vieux continent. Allier grand noms et expérimentations, c’est un des crédos défendus par le festival phocéen.

 

Côté surprise, on aura également l’honneur de découvrir un B2B dantesque entre Agoria et Louisahhh, qui avait beaucoup fait parler de lui en mars dernier après un passage remarqué au festival Panorama de Morlaix. Quand la puissance et la finesse s’allient dans un set de deux heures marqué par un côté dancefloor frénétique, on ne peut que s’abandonner. Si la performance du producteur français et de l’artiste américaine est à la hauteur de ce qui a été proposé en Bretagne, on ne devrait pas s’en remettre de sitôt.

 

 

Mind Against, notre petit plaisir signé Marsatac

 

En toute subjectivité, le clou de la soirée devrait se trouver du côté du club avec un DJ set du duo italien Mind Against. Les deux frères parviennent très souvent à amener leur auditoire dans un état quasi second entre avec leur envolée lyriques de synthés et leurs kicks profonds. Sans pour autant mettre de côté l’aspect dancefloor, Mind Against n’a jamais déçu dans la construction d’un voyage sonore solide. On a d’ailleurs été encore une fois subjugué par leur Essential Mix sur les ondes de la BBC 1 cette semaine. Le gros point noir ? Oui parce qu’il y en a un, ils jouent en même temps qu’Agoria et Louisahhh.

 

C’est le seul bémol du festival, il y a tellement d’artistes intéressants, qu’il va falloir faire des choix et qu’on devra forcément renoncer à certaines performances au profit d’autres. Par exemple, la scène du Club Cabaret sera marquée par de nombreux lives qui nous intéressent au plus haut point, comme celui de Maestro ou la performance de Flavien Berger. On aimerait également beaucoup voir Comah, George Fitzgerald ou le live de Thylacine. Autant vous dire que si on avait la capacité de se dédoubler, on ne se gênerait pas, tant le line-up est excellent.

 

Si pour l’instant, on a notre petite idée de qui on va aller voir, il n’est pas impossible que l’on soit porté par d’autres attentes lors de la soirée et que nous ne soyons pas du tout devant les artistes que l’on avait prévu de voir, c’est aussi ça la beauté d’un festival. Chacun peut y voir qui il veut suivant son envie du moment. On vous invite à nous retrouver pendant le festival où nous serons présents pour un article report dans lequel on vous dira qui on a vu et comment on a trouvé les différentes performances. On a hâte d’y être.

 

Romain Conversin

 

Marsatac – La Friche de La Belle de Mai

Vendredi 23 septembre (Hip-hop) et samedi 24 septembre (Musiques électroniques)

Acheter les places

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *